HdA : Democrite

Démocrite par Brugghen

Démocrite par Brugghen

L’oeuvre :

Democritus par Hendrick ter Brugghen

1628 , Huile sur toile, pendant de Heraclite (voir plus bas)

87,5 cm x 70 cm

Rijksmuseum, Amsterdam

 

 

 Le contexte historique :

Oeuvre néerlandaise de 1628 (XVIIe siècle), période correspondant au siècle d’or néerlandais ( : période où les Provinces Unies (futurs Pays Bas) deviennent la première puissance commerciale au monde. De plus, la liberté de culte qui règne à cette époque attire de nombreux artistes, écrivains et érudits. Le pays devient alors un centre du savoir.

En terme scientifique et technologique, c’est à cette période et dans ce pays que se développe l’imprimerie, que Leeuwenhoek perfectionna le microscope et que Huygens expliqua l’origine des anneaux de Saturne, découvrit Titan satellite de Saturne et expliqua la rotation propre de Mars.

La guerre avec la France de Louis XIV mettra fin à cette période.

 Le thème de l’oeuvre

Démocrite, philosophe grec a inspiré plusieurs artistes, non pas  comme philosophe scientifique  ( le père de la science moderne) mais surtout pour son goût des voyages, ses connaissances encyclopédiques (sur l’art, l’éthique, les mathématiques, la physique…), ses dons d’observation, sa vie de reclus et surtout, son rire.

Démocrite est souvent représenté en train de rire et sa propension à rire de tout et à vivre isolé du monde le fit considérer comme un fou par ses compatriotes.

On oppose souvent le rire de Démocrite aux pleurs d’Héraclite.

Le rire de Démocrite était un rire triste et satirique, une forme de résistance. Il rit de la folie, du ridicule et plus généralement de la bêtise des hommes. Le monde est comique pour Démocrite, tragique pour Héraclite. Démocrite se contente du monde tel qu’il est et préfère rire des défauts de la société plutôt que d’en pleurer.

(sources : Wikipedia)

Heraclite par Brugghen

Heraclite par Brugghen

L’artiste :

Hendrick Jansz. Ter Brugghen, ou Terbrugghen  (1588 –  1629), est un peintre néerlandais (Provinces-Unies) du siècle d’or et l’un des chefs de file de l’École caravagesque d’Utrecht.

Ses influences :

Apprenti peintre, il se rend en Italie, à Rome, en 1607 et y étudie les oeuvres de Caravage.

Au moment de son arrivée dans la ville italienne, les œuvres du Caravage commençaient à exercer une forte influence sur bon nombre d’artistes : ses tableaux étaient remarquables par la hardiesse avec laquelle il maniait le clair-obscur, mais également par le réalisme social de ses sujets, parfois séduisants, mais parfois aussi provocants et même franchement vulgaires.

David et Goliath par Le Caravage (1606 - 1607)

David et Goliath par Le Caravage (1606 – 1607)

En 1614/1615, Hendrick Ter Brugghen revient à Utrecht.  Il a peint des « tableaux d’histoire », dans son cas principalement des représentations en grand format de scènes bibliques.  À côté de cela, il a également réalisé quelques portraits de groupe et, comme beaucoup d’autres peintres caravagesques, plusieurs scènes de genre, souvent des musiciens ou des buveurs représentés seuls, à mi-corps.

Fait notable, on peut parfois déceler dans son œuvre des éléments inspirés par le Moyen Âge. Ses meilleurs peintures se distinguent par un emploi subtil de la couleur, avec des combinaisons quelquefois inhabituelles.

Ter Brugghen meurt le 1er novembre 1629, alors qu’il avait à peine dépassé la quarantaine, sans doute emporté par la peste. Il est enterré dans laBuurkerk à Utrecht.

Oeuvres de Ter Brugghen :

Le Concert (1627)

Le Concert (1627)

Saint Thomas incrédule

Saint Thomas incrédule

Sa postérité 

Bien qu’il disparût prématurément, son œuvre semble avoir été très appréciée de son vivant, et elle exerça une grande influence sur ses contemporains. Sa façon de traiter les sujets religieux se retrouve chez Rembrandt, tandis que des éléments stylistiques apparaissent chez Johannes Vermeer, lequel fut vraisemblablement influencé par son utilisation de la couleur.

Autres oeuvres représentant Démocrite

On retrouve de nombreuses oeuvres représentant Démocrite en train de rire (et souvent accompagné d’un globe, symbole de ses voyages et de ses connaissances)

Democrite, le philosophe rieur par Moreesle

Democrite, le philosophe rieur par Moreesle

Mais on l’a aussi représenté méditant sur le siège de l’âme :

Democrite meditant sur le siege de l'âme par Delhomme

Democrite meditant sur le siege de l’âme par Delhomme

Du côté des sciences :

Démocrite , le « père des sciences », est connu pour avoir été le défenseur de la théorie « atomiste » : pour lui, la matière était composée de vide et de « pleins » : les atomes. Cette théorie sur la matière s’opposa à celle d’Aristote pour qui la matière était composée de 4 éléments (terre, feu, air, eau). Ce fut la théorie d’Aristote qui perdurera pendant 2500 ans jusqu’aux découvertes de Lavoisier (XVIIIe siècle)  sur la matière et de Dalton (XIXe siècle) sur l’atome.

D’un point de vue scientifique, il est intéressant de voir que des théories (non prouvées scientifiquement, par l’expérience, comme le fut celle de Démocrite) peuvent, même en étant justes, être oubliées pendant des centaines d’années avant d’être réhabilitées lorsque  la sciences a les moyens de les prouver.

Pour les artistes, Démocrite représente le rire face à la condition humaine mais absolument pas le théoricien scientifique.

Mots Clés : Siècle d’or, XVIIe, Caravage, Rembrandt, Vermeer, clair obscur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *