HdA : Dolly

medium_dollyL’oeuvre :

Photo montage de Rémi Benali et Stephen Ferry (1997)

Agence Gamma

assemblée digitalement par Steve Walkowiak

 

 

Le thème :

C’est l’animal le plus photographié du siècle : premier clone d’un mammifère adulte, Dolly est la copie conforme d’une brebis de 6 ans. Depuis sa présentation en février 1997, la polémique fait rage : cloner ou ne pas cloner ? Des laboratoires planchent sur la fabrication d’animaux transgéniques capables de fournir des organes humanisés ou des protéines-médicaments. Mais c’est le clonage humain qui focalise toutes les passions : l’enjeu éthique est immense, qui touche aux frontières de la science et de la vie. Dolly, la brebis, a ouvert la boîte de Pandore…
 » Cette image touche aux limites de notre métier « 

Fabriquée sur ordinateur, la photo de Dolly symbolise un double enjeu : celui de l’éthique de la science, ébranlée par les manipulations génétiques, mais aussi du photojournalisme, bouleversé par les nouvelles technologies qui permettent de manipuler l’image. Sur ce sujet lourd d’enjeux pour leur profession, Rémi Benali et Stephen Ferry parlent d’une même voix :
« La première fois que nous avons vu Dolly, nous avons ressenti une étrange impression. D’un côté, c’était une brebis parfaitement normale, un peu grosse ! De l’autre, c’était un être tout à fait nouveau, né sans père. C’est cela que nous avons voulu montrer : le monde est le même et, pourtant, quelque chose d’extraordinaire est arrivé. En choisissant de construire l’image sur ordinateur, nous savions que nous touchions aux limites de ce que l’on peut faire ou ne pas faire dans notre métier. C’est pourquoi nous avons exigé que la publication soit accompagnée d’une légende précisant  » assemblée digitalement par Steve Walkowiak « .

 

Photos qui ont servi au montage :

dolly1dolly2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le même thème :

Du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley à la naissance de la brebis Dolly, le clonage a d’abord inspiré les romanciers avant de faire son entrée dans les laboratoires. Film présenté dans l’exposition Science (et) fiction, aventures croisées à la Cité des sciences et de l’industrie.

L’irruption des biotechnologies et le développement de l’élevage industriel ont inspiré l’artiste Louis Rigaud. Il trace, d’un trait de crayon minimaliste, les enjeux productivistes de notre société dans un dessin animé… vachement bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *